Le four banal

FOUR BANAL

Le four banal de Gaudissard a été restauré.
Chaque année au mois d'août, on célèbre la fête du pain : vente de pain et pizzas cuits dans le four, nombreuses animations...


 
Il en a vu passer des habitants de Risoul, il était jadis un acteur majeur de la petite collectivité au
même titre que l’église du village.

Mais que signifie le mot « Banal » ? Ce terme fait référence au droit
du moyen âge. « Ban » signifie ''astreinte''. Le four banal était celui que le seigneur avait fait
construire.

C’était un passage obligé pour les sujets qui ne pouvaient cuire leurs pains en d’autres
lieux. La raison principale en était la sécurité contre le feu, ce grand ennemi des temps passés,
souvent fatal pour des hameaux construits en bois et n'ayant pour l'éteindre que les seaux d'eau
              apportés de la fontaine.

Le four était allumé quelques jours dans l’année et les familles utilisaient ''le
temps de four'' qui leur était attribué afin de cuire leur pain.

Le four devenait ainsi un lieu de
rencontre et d’échanges pour des habitants souvent isolés pendant l’hiver et éclatés sur les
hameaux de Risoul environnants.
 
La tradition renait à l’occasion de la fête
du pain.
 
A partir de cinq heures du matin le boulanger sera à pied d’œuvre pour cuire. Le four aura été
chauffé au bois, du mélèze bien sur, deux journées complètes pour accueillir une centaine de pains
et autant de pizzas. Les vacanciers et habitants pourront venir chercher leurs pains et leurs pizzas à