L'église

L'EGLISE

  • risoul-village-eglise-546

L'Eglise Ste Lucie

En 1118, une bulle du pape Gélase II, porte l’existence d’une église dédiée, semble-t-il, à St Martin de Tours.
L’église Saint Lucie possède de nombreux vestiges d’un édifice primitif des XIIIe et XIVe siècles

La porte romane, à côté du clocher, surmontée d'inscriptions gothiques masquées par le porche voûté un peu plus tardif, fut déplacée en 1876. Coquilles St Jacques sculptées dans la pierre. 
Le choeur à gauche avec des chapiteaux sculptés, l'agneau pascal en clef de voûte, l'armoire aux Saintes Huiles. 
L'absidiole mitoyenne, un ajout ultérieur, qui a été sans doute la première sacristie.  

Le style roman-lombard de la fin du XVe siècle, malgré les aléa de nombreuses restaurations a donné à l’église son aspect actuel fait de simplicité élégante et d’équilibre : le choeur, les murs de la nef, le clocher avec l'absidiole à sa base, la façade sans la porte romane, l'extension du porche avec réut i l isat ion de colonnes primitives, les poutres de la tribune, qui portent les traces d'une grande porte cochère plus tardive.
La restauration totale a été réalisée entre 1984 et 1992. Les chapelles latérales, murées en 1908 furent redonnées à l'église en 1992. La nef latérale a été isolée pour devenir une salle de réunion. 
Sainte Lucie Martyre sicilienne, aveuglée par le tyran Pascasius de Syracuse, morte en 304. Elle est traditionnellement représentée tenant dans une main la palme des vainqueurs de l'épreuve et présentant les signes de son martyr, ses yeux, dans l'autre main. Fête le 13 décembre, autrefois de 25 décembre. 
Son nom, venant de lux, lumière en latin, semble l'avoir destinée à faire obstacle à la fête païenne de la lumière avant que le 25 décembre devienne la naissance de Jésus
Le Clocher haut de 32 m, appareillage très soigné en marbre rose local, flèche en tuf très résistant aux intempéries surmontée d'une croix dominant un globe (le monde). Il porte 4 cloches datant respectivement de 1802-1846-1777-1857.  Le toit, recouvert d’ardoises en 1989, était couvert autrefois en grosses ardoises locales, en bardeaux. 
La Voûte (1830) : la nef a existé d'abord sans voûte. Une ouverture pour rosace est visible dans les combles. Une poutre sablière est cachée dans le mur, avec panne coupée visible de l'extérieur.
Le Portail, déplacé de sa position initiale, est en plein cintre, avec une double voussure encadrant un tympan simple; des colonnettes encadrent la porte. Si le piédroit est simple, sans ornement, l'entablement, lui porte de chaque côté quatre coeurs (total huit coeurs rappelant le Christ passion du Christ, Sacré Coeur, âme,..). Sur une face, il y a également trois coquilles : deux identiques, une autre, plus petite, semble avoir été rajoutée plus tard : ces coquilles sont les signes de reconnaissance des Pèlerins de Saint Jacques de Compostelle, dont un chemin longeait la Durance (cf Chapelle Saint Jacques de Prelles, fresque d'Eygliers..) 


Les chapiteaux de l’ancien choeur peuvent être datés de différentes périodes. Par ailleurs, ils sont de factures changeantes : motifs végétaux (feuilles d’acanthe, géométriques, spirales sans fin, symboles d’éternité, humains ou se rapprochant d'un bestiaire. Le chapiteau le plus ancien semble-t-il ( XIVe ?) représente une figure ronde, encadrée de deux bras : un atlante, portant le fardeau du monde, mais regardant vers les fidèles (le Christ?).
Le Porche : reposant sur croisées d'ogives, et sur trois colonnes apparentes, dont les chapiteaux présentent des ornementations différentes, certaines difficilement déchiffrables.
Un des piliers possède quatre faces d'hommes, de prime abord identiques : figure ronde, yeux ouverts, couverts d'une simple coiffe. Mais à y regarder de plus près, on s'aperçoit qu'en fait ces faces sont groupées deux à deux, en alternance : deux figures juvéniles, à la peau lisse, deux figures ridées, barbues, dont la taille est sensiblement plus importante que les figures jeunes : est-ce les différents âges de la vie, auquel cas , il y aurait en fait quatre visages différents : première enfance, jeunesse, maturité, vieillesse ?
Une manière de rappeller au passant, chaque fois qu’il se présente devant cette église, qu’il n’est que de passage sur terre, que la roue de la vie tourne vite, qu'il songe à la mort, mais qu'il profite aussi de chaque jour de sa vie ...
Dans la nef, les lambris en noyer (XVIIe-XVIIle) ont été restaurés en 1992. L'ancienne chaire renversée sert de socle à la statue de la vierge (1868). La précédente du XVIe et une statuette de S t e L u c i e s o n t p r é s e n t é e s occasionnellement.
Les vitraux (1992), celui de Ste Lucie du choeur est de 1955. La Pierre d’autel provient de la chapelle ruinée de la Rua. 

 

 
loading
Itinéraire vers :
05600
RISOUL
Coordonnées GPS
Latitude : 44.64902
Longitude : 6.63972