Le Pré de MMe Carle

  • risoul-premmecarle1-813
  • risoul-premmecarle2-812
risoul-premmecarle1-813risoul-premmecarle2-812

Situé à l'extrémité amont du vallon de Saint-Pierre et au bout de la route carrossable, à vue ou presque du Glacier Noir et du Glacier Blanc, le Pré de Madame Carle est l'un des joyaux touristiques de la Vallouise, du massif et du Parc National des Écrins.

Le nom pourtant ne manque pas de soulever quantité d'interrogations !

D'abord, il ne s'agit pas d'un pré, mais d'une zone de divagation caillouteuse du Torrent de Saint-Pierre, que parcourent ses différents bras au gré de leurs débordements. Seul un bosquet de mélèzes a réussi à se développer au bout de la route à l'abri de l'ancienne moraine frontale du Glacier Noir.  Ajouter à ce bosquet quelques vernes en bordure de la zone de divagation, et on aura fait le tour de la verdure du secteur, où le minéral donc prédomine.

Ensuite, qui est cette Madame Carle qui a réussi à donner son nom à un lieu inculte d'une façon tout à fait atypique en montagne  ?

En fait, il faut remonter au début du XVIe siècle, 500 ans en arrière donc, pour trouver la réponse à ces deux interrogations. Le climat alors était plus chaud que maintenant avec des glaciers extrêmement réduits. Glacier Noir et Glacier Blanc ne devaient pas sortir de leurs plateaux supérieurs. Les chroniques de Chamonix, par exemple, indiquent que l'emplacement actuel de la Mer de Glace était une zone d'alpage. Les chroniques de la Vallouise, elles, indiquent que le Pré existait bel et bien, là où, maintenant, il n'y a que des cailloux. C'était une belle  prairie d'alpage qui faisait partie des biens* donnés en 1505 par le Roi Louis XII àGeoffroy Carle, Président du Parlement du Dauphiné. À la mort de Geoffroy Carle, sa femme, Louise Sereyne originaire de la vallée, administra ses biens et donna ainsi son nom à cette partie de ses propriétés.  Le lieu était même habité au Moyen Âge.

La formation du site remonte loin dans le temps : le Pré résulte du comblement d'un ancien lac glaciaire retenu à l'aval par une puissante moraine frontale issue de la poussée glaciaire du Dryas

Le Pré de Madame Carle est, sans conteste possible, le lieu le plus célèbre et le plus visité de la Vallouise. On peut l'atteindre en voiture dès 1934. Aujourd'hui, son parking peut accueillir les milliers de visiteurs qui s'y pressent de mi-juillet à fin août car, c'est le point de départ des deux randonnées phares de la vallée, vers les deux glaciers, et, de la montée vers les Refuges du Glacier Blanc (2542 m) et des Écrins (3175 m), qui comptent parmi les plus fréquentés des Alpes. Le vieux Refuge Cézanne (1874 m), maintenant caché dans le bosquet de mélèzes, rappelle l'époque où, la route n'existant pas encore, l'approche des sommets était une vraie expédition de plusieurs jours. Il est maintenant doublé par un refuge moderne à l'extrémité de la route.